Aramisauto Aramisauto Aramisauto Contactez-nous 09 72 72 20 02
Sélectionnez un thème
Filtrer par thème

La prime à la conversion doublée en 2019

À trois jours de la mobilisation des Gilets Jaunes, le premier Ministre a annoncé au micro de RTL plusieurs mesures visant à compenser la hausse du prix des carburants, dont un doublement de la prime à la conversion pour les revenus les plus modestes.

La grogne contre la hausse du prix des carburants ne faiblit pas et devrait s’exprimer par une journée de manifestations au niveau national samedi 17. Dans ce contexte, Édouard Philippe a annoncé une série de mesures visant à aider les Français. « Je présente un plan très complet qui vise à apporter des réponses aux préoccupations des Français, à mieux accompagner les Français, notamment les plus modestes », a-t-il expliqué.

Doublement de la prime
à la conversion

La première mesure intéresse directement les automobilistes. Édouard Philippe a annoncé la création d’une « super prime à 4 000 € » pour les 20 % de Français les plus modestes s’ils achètent un véhicule neuf ou d’occasion moins gourmand et moins polluant que celui qu’ils possèdent. Actuellement, la prime à la conversion, pour un foyer non imposable souhaitant acquérir un véhicule électrique d’occasion ou un véhicule thermique Crit’air 1 ou 2, neuf ou d’occasion, s’élève à 2 000 €. L’État va donc doubler cette somme. « Un Français qui a acheté une voiture au milieu des années 2000, par exemple une 206 Diesel, avec la super prime, pourra acheter un véhicule plus récent, y compris d’occasion, comme une C3 essence d’occasion, à 5 500 €. Le reste à charge sera de 1 000 à 1 500 € pour un véhicule qui consommera nettement moins. C’est une mesure sociale », a affirmé le Premier ministre.

Intégralement financée par l’État, la nouvelle prime entrera en vigueur le 1er janvier 2019. « C’est une façon pour l’État d’accompagner cette transition. On a déjà fait 280 000 primes à la conversion, c’est un instrument qui marche. On va viser un million de primes à la conversion d’ici la fin du quinquennat. […] On va faire en sorte que cette prime soit versée à plus de Français ».

Indemnités kilométriques augmentées pour les gros rouleurs

L’État va également augmenter le montant des indemnités kilométriques à destination des gros rouleurs. « On va viser les gros rouleurs en élargissant les indemnités kilométriques. Cinq millions de Français utilisent déjà ce système. Nous allons l’élargir, notamment pour les petites cylindrées, pour ceux qui roulent beaucoup avec des voitures qui consomment peu. C’est un geste fiscal ». Pour Édouard Philippe, un « gros rouleur » est une personne qui effectue « 60 à 70 km par jour ».

Pas de généralisation
du chèque carburant

Au début du mois, Emmanuel Macron avait déclaré vouloir étendre à l’ensemble du territoire le « chèque carburant » mis en place par les Hauts-de-France. Il n’en sera rien. Édouard Philippe a cependant confirmé la défiscalisation de cette aide pour ceux qui en bénéficient dans leur région. « Ce chèque carburant ne sera plus déclaré dans les impôts. C’est une mesure d’accompagnement assez logique d’initiatives prises par des collectivités locales. » Les aides au covoiturage seront également défiscalisées. Rappelons, par ailleurs, que la future loi sur les mobilités, qui sera discutée en Conseil des ministres le 27 novembre prochain, prévoit le versement, par les employeurs qui le souhaiteront, d’un forfait de 400 € aux salariés venant travailler à vélo ou en covoiturage.

Attribution plus large
du chèque énergie

La hausse du prix des carburants ne touche pas que les automobilistes. Elle grève aussi le budget des personnes se chauffant au fioul. Édouard Philippe a donc confirmé l’élargissement du chèque énergie qui pourra bénéficier à 5,6 millions de Français contre 3,7 millions aujourd’hui. De plus, son montant sera majoré en 2019, passant de 150 € en moyenne à 200 €.

Prime à la conversion
pour les chaudières au fioul

Dernière mesure annoncée par le Premier ministre : une prime à la conversion pour les chaudières au fioul, qui pourrait représenter « un tiers du coût global de transformation ». Dans ce domaine, le but du gouvernement est clair : « À la fin du prochain quinquennat, dans dix ans, nous nous fixons l’objectif qu’il n’y ait plus de chauffage au fioul ».

Hausses des taxes maintenues

Avec ce train de mesures, le premier ministre estime que le gouvernement fait « un effort considérable ». L’ensemble devrait coûter 500 millions d’€ au budget de l’État, en plus des mesures déjà financées. « Nous avons entendu le besoin exprimé par les Français d’être accompagnés dans cette transition car elle difficile », a indiqué Édouard Philippe.

Mais les futures hausses de taxes sont maintenues, dont celle qui interviendra sur les carburants le 1er janvier prochain : « On ne va pas annuler les hausses des taxes. On s’est engagé pendant la campagne présidentielle à organiser un système dans lequel on va faire peser sur le pétrole une partie des prélèvements fiscaux plutôt que sur le travail. Nous n’allons pas changer de pied. Nous allons rester cohérents. L’État a placé les Français dans une situation de dépendance à une énergie chère, étrangère et polluante. Notre objectif est d’aider les Français à se libérer de cette dépendance ».

En lien

COMMENTAIRES

Ajoutez un commentaire
(de 2 à 2500 caractères)

Une réponse à « La prime à la conversion doublée en 2019 »

  1. Changer de voiture me semble intéressant mais quel revenu ne pas dépasser pour y avoir droit.
    Je crois devoir garder mon vieux C5 encore un bon moment.