Aramisauto Aramisauto Aramisauto Contactez-nous 09 72 72 20 02
Sélectionnez un thème
Filtrer par thème

Le cycle WLTP : quels changements et améliorations face au NEDC ?

Depuis les années 1980, la mesure des rejets polluants et de la consommation des véhicules est encadrée par le dispositif NEDC, acronyme pour New European Driving Cycle. Si ce dernier reste toujours actif pour réaliser la transition, le WLTP (Worldwide Harmonised Light Vehicle Test Procedure) est entré en vigueur le 1er septembre 2018.

Des tests plus proches des conditions réelles de conduite

Si la procédure de test est toujours effectuée en laboratoire, les conditions d’application sont révisées. Celles-ci s’appuient sur des données plus réalistes et pertinentes. À commencer par la vitesse moyenne ou encore la température initiale. De même, la durée totale du cycle WLTP lors des mesures passe à 30 minutes, au lieu de 20. Les montées en régime sont plus disparates, notamment avec des phases dynamiques. Cela permet d’écarter, ou du moins de minimiser, les risques de « triche » par rapport à la technologie électronique des véhicules.

Le respect du cycle WLTP : une application progressive

Concrètement, les seuils de tolérance aux émissions de CO2 ou à la pollution sont revus à la hausse et sont plus exigeants vis-à-vis des constructeurs automobiles. Ceux-ci devront se plier à une mise à niveau de leur moteur plus régulière. À l’heure actuelle, le cycle WLTP est encore en statut transitoire. Par conséquent, les nouvelles homologations de véhicules sont autorisées à dépasser la limite fixée jusqu’au début de l’année 2020. La mesure est applicable pour toutes les voitures à partir de 2021. Les objectifs réels du WLTP seront obligatoires d’ici à 2023.

Une information claire pour le consommateur à moyen terme

Dans cette optique, le remplacement des affichages sur les véhicules neufs est applicable au 1er janvier 2019. Comme évoqué précédemment, les mesures NEDC et WLTP cohabiteront avant de laisser place à ce dernier cycle. À noter que le système de bonus et malus des assurances ne tient pas compte de cette nouvelle directive. Il n’y aura donc pas d’influence sur les taxes afférentes.

Grâce à une refonte des tests de contrôle en laboratoire, cette nouvelle mesure se révèle plus rigoureuse et fiable que l’ancien dispositif. Il faudra néanmoins patienter jusqu’à l’uniformisation des données NEDC et WLTP pour confirmer cette première impression.

 

En lien

COMMENTAIRES

Ajoutez un commentaire
(de 2 à 2500 caractères)